Get Adobe Flash player
Annonces

L’ECHELLE DE PLAN

L’échelle de plan correspond au type de cadre utilisé sur le sujet filmé pour composer l’image, c’est la taille que prend par exemple l’acteur au sein de l’image affichée qui définit cette échelle.

On peut aussi parler de « catégorie de plan » (large / moyen / rapproché), allant du gros plan sur le visage (plan rapproché) au plan d’un décor, d’un paysage (plan large).

En montage, la règle générale est de sauter 1 échelle de plan minimum lors d’un « cut » (dans la même action) ou transition (changement de scène), exemple :  On passe du très gros plan au plan rapproché (on saute le « plan rapproché »).

Citizen Kane

Citizen Kane

LE TRÈS GROS PLAN :

C’est souvent un détail, une partie d’un visage ( Œil, bouche…). Le rapport à l’image est total, c’est à dire que la partie affichée sur l’image remplie la totalité du cadre.

Cela peut aussi correspondre à un objet filmé comme la pointe d’un stylo, l’embout d’une arme à feu.

Ce type de plan est parfois utilisé comme  » insert » (gros plan / très gros plan qui ne dure que quelques secondes lors du montage) pour servir de transition entre deux plans.

Ici la bouche de Mr Kane dans CITIZEN KANE (1941 O. Welles) prononçant le mystérieux mot « ROSEBUD » juste avant sa mort… lançant ainsi l’histoire du film.

Alien 3

Alien 3

LE GROS PLAN :

Le visage remplit la totalité du cadre de l’image, le gros plan est utilisé pour montrer les sentiments du personnage.

Le bas de l’image démarre au niveau du cou pour finir soit au-dessus des yeux soit en haut du crâne.

Ici le personnage de Helen Ripley dans ALIEN 3 (1992 D. Fincher) face à un Alien.

 

Délivrance

Délivrance

LE PLAN RAPPROCHE :

Il correspond au plan intermédiaire entre un gros plan et le plan américain. Il peut être de plusieurs rapports :

  • Épaule
  • Poitrine
  • Taille ( ici le joueur de banjo dans le film DÉLIVRANCE (1972 J. Boorman).

Docteur Folamour

Docteur Folamour

LE PLAN AMÉRICAIN :

Le personnage est filmé de la tête à mi-cuisse.

L’origine de ce type de plan vient des westerns, les cow-boys sont filmés de leur arme (qu’ils portent à mi-cuisse) jusqu’au chapeau.

C’est l’un des plans les plus utilisés, surtout pour les films d’action car le rapport (la partie de l’image occupée par le personnage) permet de mettre en image d’autres personnes en gardant une lisibilité sur leurs visages et sur l’action qui se déroule.

Ici le président américain dans le film DOCTEUR FOLAMOUR (1964 S. Kubrick).

2001 L'ODYSSEE DE L'ESPACE

2001 L’ODYSSEE DE L’ESPACE

LE PLAN ITALIEN :

Le personnage est filmé de la tête jusqu’aux genoux.

L’origine de ce type de plan vient des péplums ou les personnages sont filmés de la tête aux genoux car le glaive qu’ils portent arrivant jusque là.

Ici l’hôtesse dans 2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE (1968 S. Kubrick).

2001 L’ODYSSÉE DE L'ESPACE

2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE

LE PLAN MOYEN OU PLAN PIED :

Le personnage est filmé des pieds à la tête, on voit le personnage en entier.

Ce type de plan est utilisé pour présenter un personnage, pour le faire apparaître dans l’image. C’est à partir de cette échelle de plan que les dialogues apparaissent car le visage du locuteur est identifiable à l’image.

Les plans plus éloignés ne permettraient pas de voir le personnage parler et donc d’identifier le locuteur si plusieurs personnes sont à l’écran.

Ici l’astronaute dans 2001 L’ODYSSÉE DE L’ESPACE (1968 S. Kubrick).

Docteur folamour

Docteur Folamour

LE PLAN D’ENSEMBLE :

Ce plan présente le décors, l’image affichée est d’ailleurs délimitée par ce celui-ci. On peut distinguer les personnages mais la place qu’ils occupent dans celui-ci et leur taille sur l’image est secondaire.

Cela peut également être le plan d’un immeuble ou d’une maison sans personne à côté.

Ici la salle de guerre dans le DOCTEUR FOLAMOUR (1964 S. Kubrick).

Blade runner

Blade Runner

LE PLAN GÉNÉRAL / PLAN DE GRAND ENSEMBLE :

Le plan montre un lieu (ville, large étendue) ou aucun personnage ne peut être identifié ou même visible à l’image.

Ce sont souvent des plans filmés avec des optiques Grand-Angle (étendue désertique dans les westerns) ou encore des images satellites.

Ici le survol de la ville dans BLADE RUNNER (1982 R. Scott).