Get Adobe Flash player
Annonces

LES FORMATS D’IMAGE

Il y a deux notions lorsqu’on parle de format d’image:

  • Il y a le format de prise de vue ( ou de captation ) propre aux caméras
  • Le format de diffusion ( ou projection ) dans les salles de cinéma ou sur écran.

Un film peut être tourné dans un format puis être diffusé dans un autre ou même en plusieurs formats ( TV et Cinéma dans des formats différents ).

Le format est généralement défini par sa taille ou par un rapport entre largueur et hauteur de l’image. Il peut aussi avoir certaines variantes comme le nombre d’images par seconde et depuis l’avénement des caméras numériques par sa définition.

Les formats de prise de vue :

Il existe plus de formats de prise de vue que de format de diffusion. Les raisons sont multiples:

  • Les structures de diffusion répondant à des normes plus strictes ( salle de cinéma, télévision ) que celles que s’appliquent les constructeurs pour leur matériels de prises de vue.
  • Il faut aussi tenir compte de la forte disparité qui existe entre le matériel professionnel et amateur.
  • De la capacité de travailler dans l’image avec une marge de sécurité par rapport au format de projection, de façon à  éviter de se retrouver avec une image plus petite en tournage qu’a la projection, le principe est donc d’avoir une image légèrement plus grosse que celle qui sera utilisé lors de la projection.

On retrouve ainsi en argentique des formats amateurs tels que le 8mm, le 16mm et voir le super 16mm. En professionnel les format argentiques utilisés seront le 35mm, le 65mm ( IMAX ) avec des caméra qui permettent des vitesses variables afin de créer des ralentis ( ex: un e captation en 48 images par seconde projeté en suite à 24 images / seconde donnera un ralenti de 1 seconde de pellicule filmée = 2 secondes de péllicule projetées ).

Film 16mm et Super 16

Film 16mm et Super 16

Film 16mm et Super 16

Film 16mm et Super 16

Les formats de prise de vue 16mm et Super 16mm ( ce dernier peut étre « gonflé » en 35mm pour être diffuser en cinéma ).

Film 35mm 2 P ( surper 35mm ) ou 35mm 4P avec anamorphose

Film 35mm 2 P ( surper 35mm ) ou 35mm 4P avec anamorphose

Le format de base en 35mm pleine fenêtre, l’image prend alors 4 perforations, à noter qu’en utilisant une optique anamorphique on peut obtenir un format dit cinémascope ( 2,35:1 ).

Il existe un format dit Super 35mm qui est un format cinémascope ( 2,40:1 ) ou l’image repose sur 2 perforations sans utiliser une optique spéciale.

Le format de prise de vue 65mm, plus onéreux que le 35mm mais dont l’image est d’une qualité remarquable. Ce format est utilisé pour les projections IMAX ( 70mm ) à défilement horizontal, les perforations se trouvant en haut et en bas de l’image. La pellicule 65mm est utilisée pour certains tournages comme LAURENCE D’ARABIE ( 1962 D. Lean ) ou encore quelques scènes des derniers films de Nolan ( THE DARK KNIGHT  C. Nolan, 2008 et INCEPTION C. Nolan, 2010 ).

Pellicule 65mm 5 perforations

Pellicule 65mm 5 perforations

Le 65mm n’a pas besoin d’optique anamorphique, c’est un format d’image de 2,20:1

En numérique les formats de prises de vue sont quasiment identiques que ceux de diffusion en terme de résolution mais ce n’est pas sans compter les dizaines de format de fichier et les variantes entre image entrelacée et image progressive.

Les ré-encodages et compressions se faisant par ordinateur les possibilités sont largement plus nombreuses que celles possibles avec de la pellicule ou les procédés sont fait via des  » optiques  » ( un film 16mm ne peut pas être gonflé en IMAX par exemple… ).

Les formats de captation numérique :

Format de captation numérique des cameras RED

Format de captation numérique des cameras RED

Ici le comparatif entre les différentes caméras du constructeur RED donc le modèle ( EPIC ) capture l’image en 5K jusqu’à 120 images / seconde.

Le principe de l’anamorphose ( 2,35:1 ) :

Anamorphose- image filmée - image projetée

Anamorphose- image filmée – image projetée

A la prise de vue, une optique spéciale comprime l’image par 2 afin de la faire rentrer dans la fenêtre 35mm de la caméra. A la projection une optique spéciale la décompresse l’image de façon à la projeter sur un format 2,35:1.

Il est possible également d’avoir une image en 2,35:1 en utilisant un format dit 35mm 2P sur 2 perforations sans avoir recours à une optique anamorphosée.

L’avantage est économique car un utilisant 2 perforations au lieu de 4 perforations on multiplie par 2 la durée disponible sur une bobine de pellicule 35 mm.


Les formats de diffusion

Voici la liste des formats de diffusion ( les principaux, il en existe ou en a existé bien d’autres ):

Format de projection

Format de projection

Le 1,33:1

C’est l’un des premiers format de diffusion cinéma film muet et du 16mm, l’image est presque carré ( rapport 4/3 ) . C’est le format des écrans de TV cathodique. Avec l’arrivée des écrans plats, ce format est mort.

Le 1,66:1

C’est le format de projection du super 16mm ( rapport 5/3 ) souvent utilisé dans la production de séries télévisées / téléfilms en Europe ( les américains ne lésinant pas sur les moyens et tournant leur séries en 35mm ), il est proche du format 16/9 des téléviseurs.

Le 1,77:1

C’est le format qui se rapproche le plus du format super 16mm. C’est également le format des écrans plats LCD/ Plasma dit 16/9.

Le 1,85:1

Format de plus en plus utilisé par les productions cinémas car il est le plus proche du format de nos téléviseurs actuels ( ce qui malheureusement pousse le 7ème art à utiliser ce format plus que le format dit cinémascope).

Le 2,35:1

Format cinéma par excellence, obtenu à l’aide d’objectifs anamorphosés. Utilisé pour les grosses productions.

Le 2,55:1

Le format cinémascope originel ( utilisé dans classique des années 50-60 par Hollywood comme dans BEN-HUR (W. Wyler 1959) il est actuellement remplacé par le 2,35:1

Il faut aussi prendre en compte de la vitesse de défilement de la pellicule ou du nombre d’image par seconde, la règle en cinéma est de 24 images / seconde norme qui « tendrait » vers le 48 image / seconde grâce à l’arrivée de film en 3D tel que BILBO LE HOBBIT ( 2012 P. Jackson ). Cependant cette vitesse de défilement donnant un aspect  » video  » elle est donc contestée par certains spectateurs.

La plupart des diffusions en cinéma se fait par des projecteurs 35 mm ( quand ils n’ont pas été remplacé par des projecteurs numériques 2K ou 4K ). Mais il ne faut pas oublié les projecteurs IMAX utilisant des pellicules de 70mm ( 65mm en prise de vue ), leur qualité d’image est exceptionnelle malheureusement ce type de salles sont rares, ce sont surtout des salles utilisés dans les parcs d’attraction ou dans de grandes villes. Certains films  tournés en 35mm sont gonflés en 70mm afin de pouvoir y être projeté.

35mm et 70 mm imax

35mm et 70 mm imax

A noter que le défilement ne se fait plus en vertical comme pour le 35mm mais à l’horizontal dans les projections en 70mm ( d’ou les perforations situées en haut et en bas de l’image ).

Pellicule 70mm - 65 mm et 35 mm

Pellicule 70mm – 65 mm et 35 mm

Ici la comparaison entre une image IMAX 70mm de projection du film THE DARK KNIGHT ( C. Nolan, 2008 ) une pellicule 65mm de tournage du film INCEPTION ( C. Nolan,  2010 ) et une pellicule 35mm de projection de ce même film ( reconnaissable par sa piste son sur le coté de l’image ).

Ou encore un dérivé de l’IMAX, l’OMNIMAX dont l’image est diffusé sur un dôme à 180°

Pellicule 70mm Ominmax

Pellicule 70mm Ominmax

Ici une pellicule 70mm pour une diffusion OMNIMAX reconnaissable à son image sphérique.

Depuis l’arrivée du numérique il faut également prendre en compte la notion de résolution ou d?finition de l’image, ce qui n’était pas le cas avec l’argentique, car basé sur un procédé d’émulsion chimique, sa définition est en théorie de l’ordre de la molécule ( mais dégradé par les objectifs / projecteurs ).

Formats numeriques

Formats numériques

Le rapport d’image généralement employé en numérique est celui du 1,85:1 mais il faut tenir compte du nombre de pixels ainsi que le nombre d’images et si celle-ci sont  » entrelacée  » ( capturé par 1/2 image et affiché par 1/2 image ) ou  » progressive  » ( image pleine ) c’est ainsi que l’on a un nombre de ligne de :

Formats grand publique de projection et de prise de vue :

  • DV : 720 ( largeur ) x 576 ( hauteur ) lignes en format entrelacé.
  • 720 p :1280 x 720 lignes en format progressif.
  • 1080 i : 1920 x 1080 ou 1440 x 1080 ( pour le HDV ) en format entrelacé.
  • 1080 p : 1920 x 1080 en format progressif.

Le nombre d’image par seconde est également différent selon les pays, il est de 30i/s pour l’Amérique du Nord et le Japon, de 25i/s pour l’Europe et de 24i/s pour une image dite  » cinéma  » ( 24 images par seconde étant la norme en cinéma ).

Formats professionnels ( en pixel carré ) de projection utilisé dans les cinémas :

Cinéma 4K

Cinéma 4K

  • 2K 1.85: 1998 x 1080 ( 2,2 Millions de pixels / image ).
  • 2K 2.39: 2048 x 858 ( 1,8 Millions de pixels / image ).
  • 4K 1.85: 3996 x 2160 ( 8,6 millions de pixels / image ).
  • 4K 2.39 : 4096 x 1714 ( 7 millions de pixels / image ).

A venir le 8K , 16K, 32K ….

En savoir plus :

The American Widescreen Museum

Les formats 35mm ( Lumiere.org )

Les principaux formats argentiques ( Lumiere.org )

DLP Cinéma ( Texas Instruments )

Projectionniste.net