Get Adobe Flash player
Annonces

ALFRED HITCHCOCK

hitchcock

Né le 13 août 1899 Londres , Royaume-Uni mort le 13 août 1980.

Sa filmographie ( sélective ):

Fenêtres sur cours

Fenêtres sur cours

La Corde

La Corde

Les Oiseaux

Les Oiseaux

Sueurs froides

Sueurs froides

Psychose

Psychose

La Mort aux trousse

La Mort aux trousse

Les Enchainés

Les Enchainés

L'Homme qui en savait trop

L’Homme qui en savait trop

Ses influences :

Passionné de théâtre (ses premiers films sont des adaptations de pièces de théâtre), ses principales sources d’inspiration sont le cinéma expressionniste (Murnau, Lang) ou encore le réalisateur Demille.

Il débute  dans la publicité comme graphiste puis au cinéma dans les années 1920 avec des films muets dont la plupart sont réalisés en Angleterre. Dans les années 40, il s’installera en Californie ou il rencontrera un réel succès à partir des années 50-60.

Ses thèmes :

L’espionnage, le thriller et parfois la comédie.

Considéré comme le maître du suspense l’intrigue est souvent le prétexte pour que ses héros souvent des personnes sans histoire se retrouvent confrontes à des événements extraordinaires ( complot ). Il utilise la technique dite du « MacGuffin« . Un objet mystérieux ( qu’il expliquera comme « servant à chasser des lions » en Ecosse … »mais comme il n’y a aucun lion en Ecosse, ce n’est peut être pas un MacGuffin« ) autour duquel il va développer son histoire.

L’objet n’étant qu’un prétexte à cette histoire,  il passe finalement en second plan. C’est le cas avec l’uranium dans LES ENCHAÎNÉS (1946) qui ne sert que de « prétexte » et non une fin en soit dans l’histoire.

Les enchaînés

Les enchaînés

L’image :

Il est un technicien hors pair, il prépare si méticuleusement ses films que pour lui, le début du tournage correspond déjà à la fin du travail car tout a déjà été organisé au point de trouver le temps sur le tournage long et de s’ennuyer.

Il utilisera bon nombre d’effets visuels dans ses films le « trans-trav » (« travelling compensé » ou encore « effet Vertigo« ) dans SUEURS FROIDES (1958) pour représenter la sensation de vertige du héros. Les incrustations visuelles pour LES OISEAUX (1963) l’utilisation de maquette incrustée comme effets spéciaux avec la scène du Mont Rushmore dans LA MORT AUX TROUSSES (1959).

Il s’essaiera au cinéma en relief avec LE CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT (1954).

La mort aux trousses

La mort aux trousses

Les acteurs :

Cary Grant, James Stewart sont ses acteurs fétiches, le héros « hitchcockien » est toujours élégant, d’age mûr, en costume et l’héroïne souvent blonde (Grace Kelly). Alfred Hitchcock n’ hésite pas à jouer dans ses films ou il fait toujours une apparition comme figurant.

Les dialogues :

En accord avec son époque et ses personnages raffinés, le héros « hitchcockien » n’est jamais vulgaire mais toujours aimable.

La musique :

Bernard Hermann est le compositeur des musiques de la plupart de ses films comme PSYCHOSE ( avec la célèbre musique de la scène de la douche ), SUEURS FROIDES, LA MORT AUX TROUSSES, L’HOMME QUI EN SAVAIT TROP ou encore LES OISEAUX. Mais Bernard Hermann est également le compositeur des musiques de film de CITIZEN KANE ( 1941 Welles ) et de TAXI DRIVER ( 1976 Scorsese ) .

Le montage :

Parfois ses scènes sont très découpées comme dans PSYCHOSE ( 1961 ) ou le meurtre dans la salle de bain avec le couteau tenu pas « Norman Bates » ( le célèbre psychopathe ). Cette scène comporte un nombre de plans impressionnants ajoutant un effet terrorisant à cette scène.

Psychose

Psychose

Mais il est également adepte du plan séquence avec LA CORDE (1948) qui est aussi un film se déroulant en huit-clos. L’ensemble du film est voulu comme une seule et unique séquence pour des raisons techniques (longueur de la pellicule), les « cut » sont habilement cachés lorsque la caméra passe devant un mur ou un personnage ( les bobines de pellicule ne permettant de tourner que quelques dizaines de minutes consécutives).

Le tournage de "La Corde"

Le tournage de « La Corde »

Autre huit-clos avec FENÊTRES SUR COURS ( 1954 ) : Le héros principal ayant la jambe cassé, ne pouvant sortir de chez lui, observe ses voisins avec son appareil photo jusqu’au moment ou il se retrouve témoin du meurtre de sa voisine. Encore un personnage ordinaire qui se retrouve face à des événements extra-ordinaires.

En savoir plus :

BernardHermann.org

Hitchcock, la légende du suspense.